ITS Integra accélère sur le Cloud public avec Microsoft
En savoir plus

Le stockage de données : d’une contrainte technique à un élément clé

de la proposition de valeur des DSI

Avec la révolution digitale, la gestion des données a franchi la porte du département IT pour s’inviter dans toute l’entreprise et devenir la pierre angulaire du développement de nouveaux business models et de leviers de performance innovants.

Stockage de données ?

Avec la révolution digitale, la gestion des données a franchi la porte du département IT pour s’inviter dans toute l’entreprise et devenir la pierre angulaire du développement de nouveaux business models et de leviers de performance innovants.

De nouvelles technologies et infrastructures permettent d’apporter des réponses de plus en plus pertinentes à l’équation suivante : comment gérer la croissance et la criticité des données et en garantir la disponibilité et la sécurité, pour répondre aux enjeux des Métiers (time-to-market, agilité, réactivité) dans un monde devenu digital ? Des réponses qui passeront aussi et surtout par la DSI si cette dernière est capable de s’imposer comme le partenaire incontournable des Métiers pour créer de la valeur dans une économie data-driven.

 

« Big data is watching you » ou la tentation de tout stocker…

En 1956, naissait le 1er disque dur inventé par IBM. Il pesait une tonne et offrait un stockage révolutionnaire de… 3,75Mo. Depuis, nous avons repoussé les limites technologiques. Nous avons tous à présent l’opportunité de consommer de la donnée, partout dans le monde, 24h/24 et 7j/7. Et aussi d’en produire… Plus de 90% des données disponibles aujourd’hui n’ont été créées que sur ces 2 dernières années*. Et ce volume d’information numérique double tous les deux ans.

Le nombre de données non structurées explose et croit deux fois plus vite que les données structurées, une tendance poussée par le développement des nouvelles technologies digitales. Ainsi l’Intelligence Artificielle (IA), l’Internet des Objets (IoT) et la Réalité Virtuelle (VR) sont déjà sources d’une production intensive de données. En 2020, les objets connectés devraient générer 40 Zettaoctets (soit 40 000 milliards de Go) dans le monde.

A la source de cette inflation des données, la transformation numérique, cette révolution industrielle source inépuisable de données qu’il faut analyser et stocker (et aussi sécuriser et penser à détruire …). Dans le monde digital, les entreprises produisent et consomment de la donnée. La puissance de la data et son rôle essentiel dans la performance des Métiers ont créé un lien très fort entre IT et Business. Les nouveaux modèles économiques nécessitent de collecter de la donnée… Ce que certaines entreprises ont fait parfois avec frénésie, voire boulimie. La tentation légitime de tout stocker- en mode « mieux vaut trop que pas assez… » – a conduit à des situations ubuesques et à l’oubli des fondamentaux : la donnée ne doit pas seulement être stockée, elle doit être mise à disposition.

 

La donnée n’a de valeur que si elle est partagée

La transformation digitale s’opère dans tous les secteurs d’activités et change la donne en matière de gestion des données traitées, échangées et collectées. Résultat : l’apparition de nouveaux enjeux Métiers, Marketing, budgétaires, sécuritaires et réglementaires (en particulier avec le RGPD) toujours plus nombreux pour l’entreprise et qui dépassent clairement le cadre de la DSI (Directions des Systèmes d’information) …

Parce que la donnée appartient à tous, elle doit être exploitable et exploitée par tous. Or, disposer de volumes incroyables de données qui seraient inexploitées ou inaccessibles, serait un peu comme disposer dans son garage d’une Ferrari dont on aurait perdu les clés…  On peut toujours frimer mais pas vraiment se faire plaisir…

Plus que disponibilité de la data, il faut à présent penser mise à disposition. En tirant parti de vastes quantités de données pour être créatif et développer des idées innovantes, les entreprises sont en mesure d’accélérer la prise de décision et la performance des équipes en transformant rapidement les données dont elles disposent en informations pertinentes. Si la Data a toujours eu sa place dans la stratégie IT, elle s’invite également dans la stratégie globale de l’entreprise. Difficile, en effet, de définir une stratégie de gestion des données totalement déconnectée de la stratégie globale de l’entreprise… La gestion des données est un enjeu pour toute l’entreprise avec une nécessaire prise de conscience du côté sensible, critique et stratégique de la donnée. Et une indispensable implication de la DSI !

 

La DSI dans tout cela ? Victime ou papillon ?

L’effet papillon est une théorie selon laquelle un simple battement d’ailes de papillon au Brésil peut provoquer une tempête au Texas. Cette expression, inventée par le météorologue Edward Lorenz, s’applique parfaitement au Big Data.  En effet, pour les entreprises, les enjeux liés à la gestion des données sont devenus stratégiques. La moindre anomalie ou optimisation dans la gestion des données peut avoir un effet sur l’ensemble de l’activité et de la performance des équipes.

En passant de la carte perforée au Cloud, les technologies, les business models, les usages ont fait évoluer la façon d’acheter et de consommer de l’applicatif et de la data, en simplifiant l’accès à la technologie. Du moins en apparence. Car le shadow IT fait des siennes, compliquant la gestion et la mise à disposition de données cohérentes, protégées et accessibles. Les DSI sont parfois, voire trop souvent, débordées en interne par les Métiers ou autres CDO (Chief Digital Officer), se voyant réduits au simple rôle de garant de la sécurité des données.

 

De maîtres du monde (informatique) dans les 80’s, les équipes IT sont passées à un statut d’empêcheurs de tourner en rond, de geeks vengeurs so 2003, voire de dernière roue du carrosse (une roue tout de même bien utile quand tout le monde s’est mêlé de de l’IT et ne s’en sort plus…), … Or, loin d’être des victimes de la révolution digitale, les DSI ont un vrai rôle à prendre : celui du papillon, qui grâce à une approche technique et stratégique de la donnée, l’adoption des nouveaux modèles IT et une approche centrée sur l’exploitation de la donnée par tous, va donner le coup d’aile créateur de valeur pour les Métiers. Un papillon capable de transformer l’entreprise en une Data Company, en choisissant les bons outils pour faire la révolution !

 

Stocker et penser la donnée autrement, la nouvelle proposition de valeur des DSI

Les DSI, maîtres d’œuvre de la stratégie de gestion et donc du stockage des données et, par conséquent, fournisseurs officiels de solutions, doivent faire face à un nouveau challenge : repenser le stockage des données en se calquant sur les usages Métiers et en garantissant la disponibilité, le partage et l’accessibilité des données, de façon simple et évolutive, et ce quel que soit le canal et le lieu d’accès. L’aspect toujours dynamique et versatile de la donnée nécessite à présent une gestion et un stockage agiles, flexibles et industrialisés.

Si les enjeux liés à la gestion des données ne se limitent plus à des problématiques de stockage, ce dernier reste le socle indispensable d’une stratégie data-driven réussie. Les nouvelles technologies, à la fois enfants et parents de la transformation digitale, offrent aux DSI les outils pour mettre en œuvre un système d’information centré sur l’exploitation de la donnée, au service des Métiers. Le Cloud permet ainsi de louer un service plutôt que d’acheter de l’espace disque, offrant agilité et flexibilité aux équipes IT et Métiers et déplaçant la responsabilité de la gestion du stockage auprès de professionnels.

De même, le SDS, le stockage Flash et l’hyper convergence sont particulièrement plébiscitées par les équipes IT qui placent dans leurs investissements prioritaires des 12 prochains mois, pour 30% d’entre eux dans le SDS (30%), pour 25% d’entre eux dans l’hyper convergence et pour 42% dans le stockage full flash.

 

Pourquoi ?

Tout simplement parce que ces technologies offrent la possibilité de passer de solutions purement matérielles (hardware) avec un risque d’obsolescence rapide, à des solutions logicielles dont les limites sont repoussées. Contrairement aux anciens systèmes (comme RAID ou NAS par exemple), la gestion de l’espace de stockage n’est plus dépendante du matériel.

Les entreprises gagnent en souplesse et en réactivité, stockent plus vite et mieux et offrent à leurs équipes un accès sécurisé et agile à la donnée. Non seulement la gestion de la donnée gagne en performance mais les coûts matériels et logiciels en sont réduits car nous sommes passés de l’optimisation d’un matériel coûteux à plus de matériel du tout ! Et c’est tant mieux ! Car ces nouveaux outils et technologies libèrent les équipes IT des contraintes techniques et purement sécuritaires.  Les DSI peuvent ainsi construire une nouvelle proposition de valeur autour de la mise à disposition et l’exploitation de la donnée par tous, la création d’une « ambiance digitale » et l’accompagnement des utilisateurs vers les nouveaux usages numériques.

*Voir l’étude IDC Survey – IBM

 

Vous avez des problématiques avec vos données ?

Contactez-nous !

Les intervenants

Geoffroy de Lavenne
Directeur Général
ITS Integra